Justin Delareux

Fragments

Exposition du 13 janvier au 12 février 2023

Dessins, peintures

Son œuvre plastique, indissociable de sa poésie, se projette comme une succession discontinue d’opérations où le spectateur est confronté à des assemblages démontés, à des inscriptions raturées, à des images noircies, à des slogans en attente, qui sont autant de prises de parole et d’occupations de sites.

© Justin Delareux – Plume à l’encre

“ Je m’en vais dessiner comme d’autres disent aller au travail, j’y vais en sachant ce qui m’attend, physiquement, des heures courbé sur une feuille, la main précise tenant une plume dont l’encre travaillera à son tour les milliers de traits qu’il faudra disposer pour construire un refuge à l’esprit, et son point de transmission, de passage. Dessiner c’est réaliser la recherche, écrire ou donner à voir l’étude, sans fin ni véritable début.

© Justin Delareux

“ Il y a maintenant 171 cases dessinées, un pinceau 0/3, de l’encre noire. J’imaginais approximativement 1330 minutes de travail soit 22,16 heures, moyennant 5 minutes de travail par case. Forcé de constater que j’avais oublié de prendre en compte le temps vide, suspendu, celui qu’il faut prendre pour reposer ses yeux et son dos, expirer, ce temps où les yeux sont comme secs en image, asséchés en vues. Il reste 95 cases à dessiner, le temps restant n’est plus compté, on ne comptabilisera que le temps manquant. On n’a pas la place de parler. On n’a pas cette chance là. ”