Mardi Noir

(Arzhel Prioul)
Peintures, collages et collections

Local Jeune

Exposition du 8 avril au 8 mai 2022
Vernissage le vendredi 8 avril 2022, à partir de 18h

DÉCOUPES
Peinture aérosol sur parpaings, dimensions variables, Bruz, 2021.
Des tracés en pointillés dessinent différentes formes d’ouvertures sur un mur.

URGENCE H.L.M.
Acrylique sur papier, collage, Rue de Lorient, Rennes, 2005.
Des éléments architecturaux en élévation sont collés dans les maisons d’un quartier destiné à être rasé.

Mardi Noir est pictophile comme certains sont philatélistes.

Depuis plus de vingt ans, il collecte des pictogrammes de tout ordre, et se constitue une sorte de bestiaire fait de membres manipulateurs tirés de schémas de modes d’emploi, d’icône pop simplifiées ou de logotypes et autres slogans promotionnels qui peuplent les emballages des produits de consommation et appauvries à mesure des reproductions.

Ce corpus de vignettes, il le travaille ensuite avec des trames en basculant d’un médium à un autre (fax, photocopie, sérigraphie, photographie, vidéo), l’agrandit par retroprojection à l’échelle humaine et le multiplie sur tous les supports (affiche, autocollant, panneau, toile) que cette technique autorise.

Puis il part en quête d’espaces à squatter avec ses collages, palissades de chantiers, murs de maisons abandonnées, façades aveugles, avec une volonté récurrente de créer un dialogue entre le motif et le lieu dans lequel il s’inscrit. En situation, les immenses rébus de Mardinoir procèdent du détournement de notre environnement visuel immédiat saturé de signes et en propose une relecture prolifique, ludique et politique.

Mathieu Tremblin

Arzhel Prioul alias Mardi Noir,
vit et travaille les fenêtres ouvertes !